0 3 minutes 2 ans

Dans un communiqué de la Fédération congolaise des entreprises (FEC) du mercredi 1er juin 2022, elle alerte sur les mesures qui vont ramener à la hausse les tarifs de communication

 

 « La FEC regrette cette mesure qui alourdit inutilement la charge des ménages dans un contexte socio-économique difficile » pouvons-nous lire dans ce communiqué.

Cette hausse des tarifs se justifie par le prélèvement des nouvelles taxes instaurées à charge des Opérateurs de télécommunication par le ministère de tutelle sur les appels, les sms et l’internet. au motif de rémunérer les prestations de l’Autorité de Régulation de la Poste et de Télécommunications du Congo (ARPTC).

L’ARPTC rejete toutes ces allégations de la FEC en bloc et les qualifie des mensonges.

« L’ARPTC tient à démentir avec force les allégations fausses et mensongères proférées dans ledit communiqué de la FEC. Ni le gouvernement, ni l’ARPTC ne prévoit de nouvelles taxes à charge de nos concitoyens »

Et d’ajouter :

«Au contraire, la législation applicable protège nos citoyens contre les éventuelles augmentations tarifaires arbitraires et abusives des opérateurs».

L’ARPTC rappelle la disposition de l’article 164 de la loi n°20/017 du 25 novembre 2020 relative aux télécommunications et aux technologies de l’information et de la communication aux opérateurs qui souhaitent revoir leurs tarifs.

Si après la suppression de la taxe RAM , il était prévisible que des nouvelles mesures devraient prises pour contourner cette taxe qui avait croisée le mécontentement général de la population congolaise, L’ARPTC fixe l’opinion congolaise qu’elle n’a permis aucune augmentation des tarifs.

«Il est regrettable que la FEC mène une campagne de désinformation en ce temps difficile en tenant de faire prévaloir l’intérêt des multinationales sur le bien du Peuple congolais».

L’ARPTC met en garde tout opérateur de télécommunication qui tenterait illégalement d’augmenter les prix, quels que soient les motifs, ou de propager de fausses informations avec l’intention de nuire aux intérêts de l’Etat.

 

Kabwebwe Klaude

0Shares