0 4 minutes 2 ans

Dans le cadre du projet des mécanismes de prévention et amélioration de réponses en ce qui concerne la prise en charge des survivantes de violences sexuelles et celles basées sur le genre, l’organisation non gouvernementale « Femme Main dans la Main pour le Développement Intégral » a mené une importante activité à Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï.

Il s’agit de l’appui aux familles réunifiées avec une enveloppe en vue de leur permettre de mener les activités génératrices de revenus pour une auto-prise en charge de ces foyers.

Selon Nathalie Kambala Luse, directeur-pays de la FMMDI qui a présidé cette cérémonie en présence d’autres invités de marque notamment, les membres de la société civile et autres autorités traditionnelles, ceci intervient après une longue procédure ayant abouti à la réconciliation de foyers séparés pour cause des violences subies par les femmes lors des évènements liés au phénomène Kamuina Nsapu, entre 2016 et 2018 dans la région du Kasaï.

Les familles soutenues ce jour par l’ONG Femme Main dans la Main pour le Développement Intégral sont au nombre de vingt sur place à Tshikapa, grâce aux fonds du Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés, HCR.

Nathalie Kambala Luse, directeur-pays de FMMDI

Le directeur-pays de FMMDI a expliqué à cette occasion que l’action menée ce jour n’est pas un cadeau, mais plutôt une façon de consolider et raffermir les liens dans ces familles séparées par une cause non volontaire.

« Vous savez que depuis un temps FMMDI a commencé un plaidoyer sur la réintégration des familles séparées en temps de guerre de Kamuina Nsapu parce qu’il y a eu beaucoup de cas des violences sexuelles et celles basées sur le genre. Les femmes ont été repudiees par leurs maris de toits conjugaux. Elles étaient obligées de payer les amandes et regagner leurs familles. Alors nous avons contacté les chefs coutumiers, les procédures ont commencé, nous avons arraché un acte d’engagement. Au delà de l’acte d’engagement, nous avons arraché la révision de l’édit portant interdiction des coutumes avilissantes à l’égard de la femme, et aujourd’hui nous sommes à l’étape d’appuyer ces couples qui se sont réunifiés« , a déclaré Nathalie Kambala Luse à la presse locale de Tshikapa.

Pour rappel, la même opération avait déjà été entreprise à Kananga dans le cadre du projet cité ci-haut.

Ce projet qu’execute Femme Main dans la Main pour le Développement Intégral reprend d’autres activités. C’est entre-autres des sensibilisations et plaidoyers qu’elle mène sur terrain dans les provinces du Kasaï Central et Kasaï à travers le volet de prise en charge psyco-sociale, juridique, l’accompagnement judiciaire, la réinsertion économique et scolaire.

 

 

 

Love Mukendi

0Shares