0 2 minutes 1 an

La société civile de la cité frontalière de Kamako, par l’entremise de son coordinateur Abbé Trudon Keshilemba plaide pour que le gouvernement central prenne en charge les congolais expulsés d’Angola.

« Nous déplorons l’engouement qui s’observe au jour le jour dans la cité de Kamako avec nos frères congolais expulsés d’Angola.  » A-t-il demandé au cours d’un entretien téléphonique avec votre rédaction.

Ils appellent à la conscience des dirigeants, face à cette situation. L’implication des gouvernements central et provincial est souhaitée, du fait que plus d’une centaine d’expulser est enregistré chaque jour surplace à Kamako, et la population locale est débordée.

L’État congolais devrait s’assumer en récupérant d’autres d’entre ces expulsés, les insérer dans des centres de formation, soit les envoyer à Kaniama Kasese pour un apprentissage de métiers professionnels, parce qu’ils sont dépourvus de la nourriture, voir même les abris. A déclaré Abbé Trudon Keshilemba.

 

Arsène KASAMPU à Tshikapa

0Shares