0 4 minutes 1 an

Journaliste reporter et présentatrice, Bénie Tabi est également volontaire au sein d’une association de lutte pour les droits des femmes, Jem’Ah association.

 

Lesmedias : Pourquoi avez-vous choisi d’être autonome ?

Bénie Tabi : J’ai choisi d’être autonome afin de m’affirmer et de me faire respecter dans la société. Vous savez, lorsqu’on dépend en tout et pour tout il est difficile de s’imposer. On est contraint de se soumettre à la volonté de la personne qui nous prend en charge. Et cette dernière peut décider à notre place, ce qui nuit largement à notre épanouissement personnel.

Lesmedias : Quel est votre impact dans la société congolaise ?

Bénie Tabi : Dans la société et particulièrement au sein de ma communauté, j’aide les femmes à prendre conscience de leurs droits et à agir pour faire entendre leur voix.

Objectif que j’ai matérialisé à travers le projet « À toi la parole » un projet qui consistait à instruire les jeunes femmes sur leurs droits et à leur accorder la parole concernant des sujets tabou dans notre société tel que l’avortement, la sexualité,…

Lesmedias : Quelles sont les causes de l’autonomisation des femmes d’une manière générale ?

Bénie Tabi : Les causes de l’ autonomisation des femmes c’est la recherche d’affirmation et aussi de liberté. Dans le mariage par exemple, quand une femme n’est pas autonome elle ne pourra pas avoir son mot à dire. Et même si son mari se comporte mal, elle ne pourra pas avoir la liberté de s’en aller vu qu’elle dépend de lui.

Lesmedias : Comment mesurer l’autonomisation des femmes ?

Bénie Tabi : Pour moi, on peut le mesurer en comparant le taux de femmes actives que ce soit dans le formel ou dans l’informel au taux de femmes au foyer ou des femmes sans activité pendant une période donnée. Si le taux de femmes actives est supérieur et va en augmentant d’une période à une autre, on peut dire que l’ autonomisation des femmes est effective.

Lesmedias: D’après vous, comment assurer l’autonomisation de la femme ?

Bénie Tabi : Il faut commencer par éduquer la femme à l’ auto-prise en charge. Et commencer dès le bas âge à inculquer aux jeunes filles qu’elles ont deux bras et dix doigts pour travailler tout comme les hommes. Ensuite, les former a des métiers d’avenir et mettre à leur disposition des opportunités leur permettant de s’épanouir.

Lesmedias : Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés dans le milieu professionnel ?

Bénie Tabi : La considération. Quand on est une femme il faut faire ses preuves, il faut mettre les bouchées doubles pour obtenir certains avantages. Il y’a aussi le harcèlement sexuel. Pour accéder à certains postes, les femmes sont soumises à des contraintes sexuelles parfois compliquées.

Lesmedias : Pourquoi il est important d’encourager l’autonomisation des femmes ?

Bénie Tabi : Il est important d’encourager l’autonomisation des femmes afin de limiter des cas de violences et de marginalisation des femmes dans la société.

 

Interview réalisée par Kerene Yala

0Shares