0 3 minutes 2 ans

Depuis les récentes attaques des positions des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) par les Forces Armées Rwandaises (FAR) en soutient aux éléments du M23 à l’Est du pays, certains analystes politiques adoptent clairement une attitude de va-t’en guerre contre le Pays de Kagame.

Pour Alain Bolodjwa, cordonnateur de la Nouvelle Classe Politique de l’Opposition et initiateur du parti politique levons nous et bâtissons (Lebât), mener une guerre frontale contre le Rwanda semble être une solution pour que la RDC regagne sa dignité.

« Je crois que le Rwanda mérite une fessée de notre part. La guerre peut être une solution! Le Rwanda a trouvé la solution à ses problèmes socio-économiques grâce à la guerre. La RDC peut faire la guerre pour gagner sa dignité. » a-t-il dit au cours d’un débat politique opposant les cadres du parti au pouvoir et ceux de l’opposition le lendemain de l’attaque rwandaise contre les FARDC.

En outre, Alain Bolodjwa remet en cause la courtoisie du pouvoir en place vis-à-vis du Rwanda qui, affirme-t-il, a comme ramification le mouvement rebelle du M23.

Au-delà de cette réaction, bon nombres d’acteurs politiques appellent à une mobilisation nationale en soutient aux éléments des FARDC au front.

« En ce moment où nos vaillants soldats font face aux perfides troupes étrangères camouflées en pseudo M23,notre coeur saigne et invitons toute la nation congolaise à nous mobiliser contre ceux qui cherchent notre statocide. » a réagi dans un tweet le professeur Jacques Djoli, député national et membre de la commission Défense et Sécurité à l’assemblée nationale.

Pour Adolphe Muzito, leader du parti politique nouvel élan, la solution à la guerre à l’Est du pays ne viendra que si la RDC faisait la guerre au Rwanda et l’annexer. Ainsi, il réitère son opinion et appelle au Gouvernement de renforcer notre armée sur le plan logistique, effectif et technologique pour espérer remporter cette guerre.

Cependant du côté du Gouvernement Rwandais raisonne un autre son de cloche selon lequel le Rwanda ne peut jamais s’impliquer dans un conflit qualifié d’« interne » opposant les FARDC et le M23. Ainsi, comme l’indique une source fiable, le Gouvernement Rwandais exige aux Forces Armées de la RDC d’expliquer sur les raisons du bombardement de leurs territoires le 19 mars et à nouveau ce 23 mai 2022.

 

Hénoc Mpongo

0Shares