0 3 minutes 1 an

Le président de la Commission nationale des droits de l’homme(CNDH), Paul Nsapu, et l’ambassadeur de la Suisse à Kinshasa, ont échangé ce vendredi 17 mars, autour des défis à relever dans le domaine des droits de l’homme en RDC.

« Le président de la CNDH vient de prendre ses fonctions, c’est une première rencontre, une première opportunité pour parler des défis de la RDC dans le domaine des droits de l’homme« , a déclaré l’ambassadeur Chasper Sarott, après l’audience qui lui a été accordée par le président de la CNDH Paul Nsapu.

Et de poursuivre :

« La Suisse mène plusieurs projets dans le domaine des droits de l’homme. C’est aussi une occasion d’avoir un aperçu dans ce secteur des droits de l’homme et voir comment échanger davantage dans l’avenir « .

Pour sa part, le président de la CNDH, Paul Nsapu, a relevé: « La Suisse abrite le siège d’un organe important de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en matière des droits de l’homme, le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies. Comme on le sait, le Président de la République, Félix Tshisekedi, était dernièrement en Suisse, il a fait son discours. Il avait échangé avec les autorités de ce mécanisme onusien des droits de l’homme. C’est normal que l’ambassadeur de ce pays vienne s’imprégner auprès de l’institution de la RDC habilitée à travailler sur les questions des droits de l’homme, qui est la CNDH« .

Selon la CNDH, la Suisse a manifesté son intérêt de savoir comment cette institution citoyenne pense t-elle s’impliquer dans les questions relatives au processus électoral en cours dans le pays, à la paix et au règlement des conflits communautaires, ainsi que dans la problématique liée à la justice transitionnelle. C’est dans le même ordre d’idée que la Suisse a également marqué son intérêt de comprendre comment fonctionner le Comité permanent de prévention contre la torture (CPPT) de la CNDH.

 

 

Petit Ben Bukasa 

0Shares