1 9 minutes 1 an

Peu importe la durée de la nuit, la lumière finit toujours par apparaître. Alors que ses proches attendaient son apparition à une chronique culturelle qui devrait être diffusée sur YouTube le samedi 18 mars, Samuel Ibasawa est dévoilé publiquement le mercredi 15 mars 2023 par Youssef Branh dans un forum d’écrivains comme imposteur de la littérature congolaise, usurpateur et un faiseur des mensonges mal taillés sur Facebook et dans son entourage dans une enquête menée et rendue publique.

De son vrai nom, Ibasawa Maniang Samuel. Un ancien étudiant de la Faculté de Droit qui se fait passer pour un assistant d’enseignement académique à la prestigieuse Université de Kinshasa où il a étudié, s’est longtemps réjoui de milliers des félicitations sur ses publications Facebook présentant ses productions scientifiques en droit international de la mer ainsi que ses sorties littéraires qui s’avèrent toutes être des mensonges montés de toute pièce par le patron des Éditions Mikanda, qui l’a traité « d’imposteur ».

Pendant plus de deux ans, l’homme a engendré d’énormes mensonges en faisant usage de faux à plusieurs grandes institutions internationales tant éducatives que littéraires à l’instar des Éditions L’Harmattan, Éditions Pedone, Université de Lorraine, Université de Kinshasa et bien d’autres.

 

Le roman Anti-Kuluna, le fake réussi

 

9 août 2022, Samuel Ibasawa a annoncé la disponibilité de son roman Anti-Kuluna en vente à la librairie Paulines avec un visuel de communication sur lequel était marqué au bas de l’image une fausse adresse e-mail de la Libraire Paulines appartenant à la société Saint-Paul de la RDC.

Un roman portant le logo des Éditions L’Harmattan comme éditeur avec une charte graphique qui laisse clairement voir que le livre n’appartient pas à cet éditeur. Dans le site internet de l’éditeur français où il vend chacune de ses publications, le livre nommé Anti-Kuluna ne s’y retrouve nulle part. Ni lui, ni le nom de son auteur.

Des imprudences qui ont échappé à l’usurpateur, oubliant qu’il ne pouvait si longtemps être épargné d’un probable dévoilement.

Depuis la sortie du livre, qui n’a vu jour que dans le virtuel Facebook des congolais, aucune personne n’a été aperçue dans un cliché avec le livre de cet auteur, ni sur son mur Facebook ni dans d’autres, comme l’oblige un peu le jeu du marketing naturel qui pousse plusieurs écrivains à poster les lecteurs tenant leurs livres afin d’inciter les autres à emboîter le pas.

La seule image montrant Samuel Ibasawa tenant son livre a été jugée photoshopée. Sur le cliché, on peut bien apercevoir la couverture du livre dépassant les doigts de son auteur.

Encore des imprudences de la part de l’écrivain fake qui n’a fait rien d’autre que mettre à nu ses manèges.

Quoi comprendre d’une personne qui prétend être homme de droit qui se lance dans des exercices pouvant nuire en sa réputation et pouvant lui emmener à des poursuites judiciaires graves pour usage de faux et d’usurpation.

 

L’inexistante revue africaine de droit international

 

Ancien étudiant de la Faculté de Droit à la Colline Inspirée de Kinshasa, Samuel Ibasawa a commencé à se chercher de la gloire dans le droit avant que de se lancer dans sa carrière d’usurpateur de gloire dans les milieux littéraires à Kinshasa.

14 janvier 2022, il a publié sur son mur Facebook l’image d’un travail non défini portant comme titre : La délimitation des frontières maritimes de la zone arctique : enjeux, état de lieu des frontières et règles applicables dont il était l’auteur avec commentaire du post : « Le rêve était que cette problématique soit validée dans la revue africaine de droit international… On y est »

Ce qui a laissé croire qu’il a publié un travail scientifique dans la revue africaine de droit international qui s’avère inexistante et dont les enquêtes n’ont permis à retrouver des sources fiables sur Internet.

 

Prof Auguste Mampuya, dans les manèges de Samuel Ibasawa

 

Dans une capture de son statut Whatsapp, Samuel a affiché en date du 27 janvier 2022, une image montrant la page de garde d’un travail de mémoire de Master 1 de la Faculté de Droits et Sciences politiques avec l’en-tête de l’Université de Lorraine portant comme titre : « Le droit international humanitaire et les défis posés par les conflits armés contemporains » de Joséphine M’boyo comme auteure, Professeur Auguste Mampuya comme rapporteur et Ibasawa Maniang comme encadreur et il sied de signaler que le nom de l’encadreur a été suivi de « Mr » soit mister en anglais. Ce qui laisse à spéculer sur la véridicité de ce document.

En 2022, le Professeur Auguste Mampuya était déjà déclaré professeur émérite, ce qui ne lui permet donc plus de diriger un travail de ce niveau, selon un écrivain avocat à qui nous avons interviewé pour plus de précision.

En outre, les enquêtes menées ont révélé que le titre du travail était du copié-collé exact du rapport du Comité international de la Croix-Rouge présenté à Genève en septembre 2003, soit 19 ans avant le faux travail ébranlé par Samuel Ibasawa pour se bomber encore le torse et nourrir son apparence virtuelle avec comme commentaire du post Facebook : « Dire à Marcelin Bilba que les universités de la RDC ne forment pas des ahuris, des saltimbanques financiers… »

Aucune Joséphine M’boyo a été retrouvé dans le catalogue des étudiants de Droit de l’Université de Lorraine et aucun travail portant ce titre.

Ce qui a clairement conclu que ce document était une autre ruse de Samuel Ibasawa pour nourrir son image virtuelle par des exploits non réalisés afin de se trouver une place qu’il ne mérite en rien de tout ce qu’il dit de lui.

 

Les faux 2000 exemplaires vendus en France

 

Dans un récent post Facebook, comme d’accoutumé, Samuel a annoncé avoir vendu plus de 2000 exemplaires de son livre « La préservation des potentiels halieutiques en haute mer » aux Éditions Pedone et préfacé par Nicolas Boillet.

Dans le site internet de l’éditeur, ni le nom ni le titre du livre de Samuel est trouvable. Contacté sur son compte Linkedin, Nicolas Boillet, enseignant chercheur, responsable du master Droit ses activités maritimes – Université de Bretagne Occidentale n’a pas reconnu Samuel Ibasawa encore moins avoir préfacé un livre portant ce titre.

 

L’archive ouverte de l’Université de Lorraine

 

Avec un commentaire fait d’un français qui dit haut son arrogance sur son post Facebook, Samuel Ibasawa a affiché le 25 août 2022 une image montrant une publication d’un article de lui sur la diplomatie en droit de la mer sur la plateforme scientifique numérique HAL archives ouvertes.

Nous sommes partis à l’au-delà des apparences mensongères de son auteur afin de confirmer l’authenticité de cette publication scientifique publiée par la grande et prestigieuse archive ouverte numérique de l’Université de Lorraine.

Nos enquêtes, encore une fois, ont montré que le faux assistant de Droit de l’UNIKIN avait menti sur ce document.

Comme pour ses livres, ni le nom ni le titre de ses documents sont trouvables sur le site de l’archive ouverte de Lorraine.

Plus rien à rajouter pour montrer à la face du monde entier les faux jeux de Samuel Ibasawa.

 

 

Youssef Branh/Boîte Info

0Shares

Une réflexion sur “ Littérature : Imposture et faux assistanat, Samuel Ibasawa au cœur d’un gros scandale littéraire 

  1. Pourquoi se donner tant de peine pour donner l’image de qui on n’est pas alors qu’il est plus facile d’être soi-même et d’en être fier ?
    Ces pratiques doivent être dénoncées pour décourager des éventuels imitateurs plagieurs.

Les commentaires sont fermés.