0 3 minutes 2 ans

Le 2e vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Didi Manara Linga, s’est entretenu ce lundi 04 juillet, au nom du président Denis Kadima Kazadi empêché, avec une délégation du parti politique Avenir du Congo (ACO) conduite par le Dr Roger Mwamba, son secrétaire général.

Au sortir de cette rencontre à laquelle prenait également part le rapporteur adjoint de la Centrale électorale, Paul Muhindo Mulemberi Vahumawa, le Dr Roger Mwamba a noté que « les doutes sont levés au regard de la détermination du bureau de la Ceni d’aller aux élections dans les délais constitutionnels ».

« Au nom du parti ACO que j’ai l’honneur de conduire au cours de cette rencontre, je dois dire que nous sommes agréablement surpris de cette disposition de la Ceni se s’ouvrir, de communiquer et d’expliquer ce qui se passe réellement pour que l’opinion comprenne ce qu’il en est exactement. C’est vraiment une machine complexe pour l’organisation des élections. Et dans cette complexité il y a des opérations simples qui ont déjà débuté comme la réactualisation de la cartographie, la première grande phase, qui va vers sa fin dans une dizaine de jours. Ceci nous prépare à aller aux élections dans des conditions idéales« , a confié le secrétaire général du parti cher à l’ambassadeur Dany Banza Maloba, son président national.

Avant de renchérir : »La ferme détermination de la Ceni de respecter les délais constitutionnels quant à l’organisation de ces élections de 2023 nous donne la preuve que le glissement ne pourrait y avoir lieu. Au sein de notre parti, nous devrons préparer nos militants à être prêts. Pour notre part, en tant qu’acteurs politiques nous devrons dire à l’ensemble des Congolais que les élections les concernent au plus haut point et que les résultats peuvent impacter positivement ou négativement sur leur vie. Nous pouvons réaffirmer que les opérations électorales ont bien débuté et nous tendons vers l’organisation des scrutins prévus pour que que tous les Congolais puissent s’y reconnaître ».

 

Édith Mwanza 

0Shares